Inscription sur la liste du Patrimoine mondial, politiques de gestion et développement local : l’exemple de deux sites en Turquie

Résumé : L’inscription sur la liste du Patrimoine mondial est recherchée d’une manière active par de nombreuses villes pour des raisons multiples : le souhait d’être « reconnu », le souci de conserver un patrimoine apprécié, et la volonté de profiter d’impacts potentiellement importants sur le développement socio-économique. C’est ce dernier point qui retient ici notre attention. Les labels « Unesco » et « Patrimoine mondial » exercent une attraction sur certains segments du marché touristique et influencent fortement la fréquentation des visiteurs. L’évolution de l’activité touristique ainsi que les conflits d’intérêt que cela entretient avec les autres activités économiques et les mesures de préservation parfois très sévères, ont des conséquences importantes sur le développement économique et social. Les autorités locales jouent un rôle important dans la gestion de ces sites et le pilotage du développement urbain. La question est si et comment les autorités publiques se saisissent de l’inscription. L’inscription devient-elle un véritable instrument de développement économique et social ? Est-elle prise en compte pour la définition des politiques de développement local, et si oui comment ? Quelle relation existe-t-il entre les politiques de gestion du site adoptées par le gouvernement local et les politiques de développement local plus générales ? Nous allons essayer de répondre à ces questions au travers des résultats obtenus lors d’une étude de terrain réalisée sur deux sites du Patrimoine mondial en Turquie en 2008 et deux sites comparables mais non inscrits. Le premier site inscrit est le centre historique de Safranbolu, inscrit sur la liste depuis 1994 et l’autre le site archéologique de Troie, classé depuis 1998. Les sites non inscrits sont les villes de Beypazarı et de Bergama (site historique de Pergame). Les entretiens réalisés avec les acteurs du développement local (les responsables du gouvernement central et du gouvernement local, les gestionnaires du site, les présidents des chambres de commerce et d’industrie, des associations non gouvernementales ainsi que des investisseurs privés, notamment) constituent le corpus principal de cette étude avec des données quantitatives fournies par les syndicats d’initiatives et le ministère de la Culture et du Tourisme. L’analyse démontre que les acteurs du développement local se servent d’une manière déterminante de l’inscription comme un des instruments principaux de développement local. La valorisation parfois trop poussée de l’inscription est souvent faite au détriment d’autres activités économiques, ce qui fait du tourisme une des activités économiques principales. Fonder une telle stratégie de développement uniquement sur la gestion d’un site sans envisager de stratégie annexe, dans le domaine du tourisme comme dans d’autres domaines économiques, apparaît comme un réel problème.
Document type :
Conference papers
Complete list of metadatas

https://hal-upec-upem.archives-ouvertes.fr/hal-01138608
Contributor : Bernard Henri Nicot <>
Submitted on : Thursday, April 2, 2015 - 12:16:56 PM
Last modification on : Wednesday, November 29, 2017 - 3:02:40 PM

Identifiers

  • HAL Id : hal-01138608, version 1

Collections

Citation

Bernard Henri Nicot, Burcu Ozdirlik. Inscription sur la liste du Patrimoine mondial, politiques de gestion et développement local : l’exemple de deux sites en Turquie. Sites du patrimoine et tourisme, Université de Laval, Jun 2010, Québec, Canada. pp.896-913. ⟨hal-01138608⟩

Share

Metrics

Record views

109