Les traces archéologiques despillages de tombes

Résumé : Les techniques de fouilles modernes permettent de mettre en lumière non seulement les artefacts retrouvés mais également les traces de profanation. Malgré la mise en place de systèmes de sécurité, les voleurs ont souvent fait preuve d’audace et de compétence pour parvenir au trésor funéraire. Certaines « scènes de crime » sont ainsi restées figées pendant des millénaires. Elles sont les témoins muets de cette activité illégale qui a sévi tout au long de l’histoire antique. Si les objets recherchés étaient les mêmes (bijoux, métal, onguent ou cosmétiques), les techniques d’effraction ont évolué de conserve avec l’architecture. Des pyramides aux étroits loculi d’Alexandrie, des outils, traces de pas ou de doigts, des trous et des galeries sont les preuves irréfutables d’une effraction. Les papyrus de la fin du Nouvel Empire sont également riches en renseignements concernant le statut social des voleurs, leurs relations et leurs façons d’écouler le butin.
Liste complète des métadonnées

Littérature citée [105 références]  Voir  Masquer  Télécharger

https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-02382435
Contributeur : Bénédicte Lhoyer <>
Soumis le : mercredi 27 novembre 2019 - 11:03:16
Dernière modification le : mercredi 4 décembre 2019 - 01:36:29

Fichier

droitcultures-3719.pdf
Fichiers éditeurs autorisés sur une archive ouverte

Licence


Distributed under a Creative Commons Paternité - Pas d'utilisation commerciale - Pas de modification 4.0 International License

Identifiants

  • HAL Id : hal-02382435, version 1

Citation

Bénédicte Lhoyer. Les traces archéologiques despillages de tombes. Droit et Cultures - Revue internationale interdisciplinaire, CHAD (UPN), Association Droit et Cultures, L'Harmattan, 2016, Le juste et le sacré : les territoires de la faute dans l’Égypte ancienne, en Mésopotamie et dans la Bible, 71 (1). ⟨hal-02382435⟩

Partager

Métriques

Consultations de la notice

10

Téléchargements de fichiers

8