Skip to Main content Skip to Navigation
Conference papers

Limites et perspectives des pratiques de gestion démocratique dans les Sociétés Coopératives d’Intérêt Collectif (SCIC) : une étude de cas dans le secteur des musiques actuelles

Abstract : Au-delà du principe « un homme = une voix », cette article vise à explorer la façon dont la démocratie formelle inhérente au statut de la SCIC vient irriguer les processus de gestion et de décision de l’organisation à partir de l’étude d’un cas emblématique au sein du secteur des musiques actuelles, celui de la SCIC ATLA. Ecole de musique caractérisée par une nouvelle approche de l’enseignement de la musique intégrant la logique de recherche de professionnalisation des artistes accompagnés par la structure, le projet d’ATLA vise une transformation de la représentation et de la place de l’artiste dans la société. D’une part, elle propose de considérer la capacité de chacun à être artiste de sa vie ou de son métier. D’autre part et c’est au cœur de l’enseignement de l’école, elle propose à tout artiste d’être auteur de sa vie professionnelle et ainsi faire de tout artiste un professionnel indépendant (et ce, notamment d’un point économique). En 2003, la transformation d’ATLA en SCIC répond à un souci de valorisation de son cœur de métier, lui permet de légitimer son rôle de développement social tant pour ses acteurs (professeurs, élèves, équipe et partenaires) que dans son environnement (professionnels et institutionnels du secteur) et offre un cadre propice à l’expérimentation de modalités de management participatif. Quel sens les acteurs de l’organisation (salariés et dirigeants) donnent-ils au management participatif ? Comment s'incarne la culture démocratique au quotidien ? Jusqu’où les acteurs de l’organisation souhaitent participer en dehors des espaces formels de la démocratie ? Et en fonction de quels critères se définit le droit de participer aux décisions (statut, implication, compétences, ressources, personnalités, distance aux sujets) ? Finalement, le management participatif dans les SCIC doit-il devenir une catégorie morale ? Est-il et doit-il toujours être « inclusif de tous » et « ouvert à tous » (Berger et Charles, 2014) ? Cet article à entrer dans la boîte noire du management participatif au prisme des représentations des acteurs de l’organisation afin d’en faire ressortir les limites et les défis que pose sa mise en œuvre.
Document type :
Conference papers
Complete list of metadatas

https://hal-upec-upem.archives-ouvertes.fr/hal-01678926
Contributor : Audrey Bonnemaizon <>
Submitted on : Tuesday, January 9, 2018 - 3:27:52 PM
Last modification on : Saturday, October 17, 2020 - 11:54:02 AM

Identifiers

  • HAL Id : hal-01678926, version 1

Collections

Citation

Audrey Bonnemaizon, Amina Béji-Bécheur. Limites et perspectives des pratiques de gestion démocratique dans les Sociétés Coopératives d’Intérêt Collectif (SCIC) : une étude de cas dans le secteur des musiques actuelles. 5ème Rencontres du GESS (Gestion des Entreprises Sociales et Solidaires), Dec 2017, Reims, France. ⟨hal-01678926⟩

Share

Metrics

Record views

150