Gouverner les conduites automobiles. : L’ambivalence du recours à l’automatisation du contrôle des infractions à la vitesse autorisée

Résumé : En France, le gouvernement des conduites automobiles repose sur l’automatisation du contrôle et de la sanction des infractions. Le recours aux nouveaux outils technologiques peut l’expliquer, tout comme le retour de l’État après deux décennies de décentralisation de la sécurité routière. Sans ignorer ces arguments, ce papier montre que le recours à l’automatisation peut aussi se comprendre à partir des hypothèses faites sur le comportement des agents chargés de réguler les conduites automobiles ainsi que sur celui d’autres acteurs que le cadre d’analyse traditionnel ignore. Il réintroduit ainsi dans l’analyse du changement dans l’action publique une interrogation sur la place à attribuer aux acteurs intermédiaires.
Type de document :
Article dans une revue
Gouvernement & action publique, Presses de sciences po, 2015, 4 (1), 〈https://www.cairn.info/editeur.php?ID_EDITEUR=Sc.%20Po〉. 〈10.3917/gap.151.0111 〉
Liste complète des métadonnées

https://hal-upec-upem.archives-ouvertes.fr/hal-01588514
Contributeur : Fabrice Hamelin <>
Soumis le : vendredi 15 septembre 2017 - 17:33:34
Dernière modification le : samedi 16 septembre 2017 - 01:09:12

Identifiants

Collections

Citation

Fabrice Hamelin. Gouverner les conduites automobiles. : L’ambivalence du recours à l’automatisation du contrôle des infractions à la vitesse autorisée. Gouvernement & action publique, Presses de sciences po, 2015, 4 (1), 〈https://www.cairn.info/editeur.php?ID_EDITEUR=Sc.%20Po〉. 〈10.3917/gap.151.0111 〉. 〈hal-01588514〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

55