Le corps malade de la ville. Les socialistes anglais et français et la crise urbaine du premier XIXe siècle

Résumé : Les socialistes n'ont pas, loin de là, le monopole d'un discours critique sur la ville du premier XIX e siècle : leurs écrits, leurs jugements sont contemporains des descriptions de Villermé ou de Tocqueville, des romans de Dickens ou de Balzac 22. La ville, monstre social, qui alimente tous les fantasmes du XIX e siècle, est souvent plus un décor, un fond de scène que l'objet même du discours. La question est sociale, politique, démographique ; elle n'est finalement que rarement urbaine. La problématique du baron de Gérando est celle de la "bienfaisance", Adolphe Blanqui s'intéresse aux "classes ouvrières", Villermé à "l'État physique et moral des ouvriers" ; de même, les philanthropes londoniens n'envisagent que fort rarement la ville autrement que comme le lieu de la détresse populaire. Les socialistes s'inscrivent donc dans un large débat marqué par la prégnance du discours philanthropique.
Document type :
Conference papers
Complete list of metadatas

https://hal-upec-upem.archives-ouvertes.fr/hal-01532237
Contributor : Frédéric Moret <>
Submitted on : Friday, June 2, 2017 - 3:54:59 PM
Last modification on : Friday, June 9, 2017 - 2:58:59 PM
Long-term archiving on : Wednesday, December 13, 2017 - 9:19:36 AM

File

11732-31075-1-SM.pdf
Publisher files allowed on an open archive

Identifiers

  • HAL Id : hal-01532237, version 1

Collections

Citation

Frédéric Moret. Le corps malade de la ville. Les socialistes anglais et français et la crise urbaine du premier XIXe siècle . V Encontro Internacional UFES/Paris Est, Apr 2015, Vitoria, Brésil. pp.21-39. ⟨hal-01532237⟩

Share

Metrics

Record views

81

Files downloads

83