Repenser les entreprises alternatives : une perspective Barnardienne

Abstract : Ces dernières années, le modèle de la firme dite « conventionnelle » a été sévèrement critiqué par de nombreux observateurs. Ces derniers ont, d’une part, souligné la place trop prépondérante accordée aux actionnaires dans la répartition de la valeur produite par les entreprises et, d’autre part, dénoncé un ensemble d’externalités négatives pour la société civile. Dans le contexte de crise actuelle, les modèles d’entreprises dites « alternatives », ont alors souvent été présentés comme des solutions existantes et prometteuses pour réviser en profondeur le modèle de l’entreprise conventionnelle. Pourtant, l’histoire mouvementée de ces projets alternatifs montre aussi que l’enthousiasme de départ peut très vite tourner en désillusion profonde au cours du temps. Qui plus est, la lecture de ce type de trajectoires, déviantes par rapport au modèle dominant, demeure encore trop souvent très influencée par la controverse idéologique, limitant ainsi la compréhension plus fine de leur dynamique idiosyncratique. Prenant acte de ces problèmes persistants, cet article vise à analyser la dynamique des projets alternatifs d’entreprise au cours du temps et à en proposer une lecture enrichie. Ainsi, après avoir remis en perspective l’histoire des projets alternatifs d’entreprise, nous commençons par souligner les limites des approches dominantes qui ont souvent soutenu une thèse de la « dégénérescence » de ces organisations. En essayant de sortir de perspectives trop déterministes, nous tentons d’élaborer une nouvelle grille d’analyse qui dépasse le dilemme traditionnel entre « efficacité économique » et « fonctionnement démocratique » dans la littérature classique. En fournissant trois « traceurs » principaux de transformation, cette grille vise à rendre visible une variété enrichie de trajectoires dites « alternatives », ainsi qu’un potentiel renouvelé laissant ouverte l’exploration de nouvelles variantes. L’usage de cette grille interprétative, inspirée des travaux de Chester Barnard sur la coopération, est alors illustré à l’aide d’une étude de cas longitudinale portant sur une petite SCOP opérant dans la création de jardins artistiques. Après avoir décrit les interactions entre les différentes variables de notre modèle à l’aide de notre cas, l’intérêt et la portée de cette grille interprétative pour la compréhension plus générale des dynamiques de coopération organisée sont finalement discutés.
Type de document :
Communication dans un congrès
XIXème Conférence de l'AIMS, Jun 2010, Luxembourg, Luxembourg
Liste complète des métadonnées

https://hal-upec-upem.archives-ouvertes.fr/hal-01133986
Contributeur : Béjean Mathias <>
Soumis le : vendredi 20 mars 2015 - 20:45:44
Dernière modification le : lundi 12 novembre 2018 - 10:56:32

Identifiants

  • HAL Id : hal-01133986, version 1

Collections

Citation

Mathias Béjean, Sébastien Gand. Repenser les entreprises alternatives : une perspective Barnardienne. XIXème Conférence de l'AIMS, Jun 2010, Luxembourg, Luxembourg. 〈hal-01133986〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

217